Accueil » Conseils pratiques » Préparatifs & réflexions » Comment donner la joie de vivre à nos enfants ?

Comment donner la joie de vivre à nos enfants ?

par Tonton & Jiji
0 commentaire

En période de crises financière et économique, cela a des conséquences sur nos vies quotidiennes, comme le suicide, les difficultés d’emploi, d’argent, de compétition du meilleur…
Il est difficile de trouver de l’exaltation et du courage temps pour voir la vie du bon côté que de prendre le temps de vivre. De nombreux enfants n’ont pu que voir des parents se débattre à courir après l’argent en bossant dur et flingué le soir venu. Encore aujourd’hui, dans la société, l’image de ce que nous faisons définit notre personne.

Les contre-vérités

L’enfant n’est pas idiot. Il voit bien “que de ne rien faire, c’est conserver sa santé. L’homme n’est pas un robot, il doit pouvoir comme un enfant récolter une satisfaction immédiate. Les douleurs musculo-squelettiques ne sont pas un travail qui donne une excellente santé… C’est loin d’être une partie de plaisir! C’est d’être occupé intelligemment avec un projet et un but contribue à donner de la joie chaque jour qui crée cette santé tant idéalisée. Malgré le lancement d’un plan de lutte contre la pauvreté,
restaurer la confiance des Français dans leur système social s’avère une tâche acrobatique.

Du temps ou de l’argent

Avec cette course à l’argent pour se nourrir, se loger, on en oublie de vivre. Un jeune homme récemment m’a dit : ” ici, on n’a pas d’argent mais on a du temps “. De nos jours, je ne sais pas si même en courant après l’argent, nombreux d’entre nous en aient réellement davantage. C’est comme une échelle, il faut toujours monter sur le barreau du dessus, pour au final se rendre compte que l’échelle est trop petite et qu’il faut l’allonger encore et encore.

Sacrifices et résilience

Il est facile de coller une étiquette de fainéant ou d’idiot… Il est plus difficile de décider de monter au front pour se forcer à les prendre en compte. La Conséquence c’est se considérer comme mauvais, faute d’outils, de parcours même spéciaux qui nous correspondent. Sachant la mesure de l’impact et la gravité de la situation sur le terrain, nous rentrons dans une résilience de sacrifice.

Pour forcer la prise de conscience, notre corps compile des troubles. Et chaque année, nous poursuivons la même mise en place du même plan. Mais, chaque année, il faut se battre, quel qu’il soit, nous pénalisant tout seul malgré qu’on aurait un autre droit. Les difficultés doivent également être perpétuellement justifié n’étant pas visible, finissant en incompris. Peu d’entre nous s’allège. Et on envie, on jalouse ceux qui ont la possibilité et l’audace de s’alléger. Ce qui nous rend encore davantage aigre.

L’ étincelle

La vie a toujours été l’étincelle qui permet cette dernière. Alors oui, l’ étincelle peut être effrayante ou exaltante  mais elle permet de toucher à la vie. S’il manque quelque chose, c’est bien cet élan de vie qui propulse et fait se sentir, vivant, entier, comblé.
Au-delà de ce qui ne tient plus. Au delà de ce qui s’effondre, réside cet espoir que tout réussira. Que toutes nos volontés mêlées ne sont plus gorgées d’égoïsme, mais d’une véritable révolution. Non pas celle qui vise à briser et ensuite abandonner. Celle qui vise à créer non plus un cycle, mais un vacuum. Où tout devient possible.

Les opportunités

Plus rien ne reste caché. C’est déroutant et en même temps grisant. Elles sont là, pour régler les relations, pour que les clefs trouvent serrures. Que des portes s’ouvrent, et que celles qui restent fermées ne nous heurtent plus. Il n’y a pas qu’une personne, ni qu’une voie, ni qu’un bonheur. À nous d’oser, là, où nous hésitions. De croire, là, où nous doutions.

Des outils existent

Tout existe, il faut juste un peu de volonté pour se permettre de vivre une vie normale. Aujourd’hui posez vous la question Où est-ce que je veux être ? Une vie qui semble écrasante, décomposons-la en plusieurs étapes, puis continuez à décomposer ces étapes encore plus, jusqu’à ce que vous arriviez au niveau le plus confortable. Tout le monde espère une vie meilleure.

Arrêtez d’être dur avec soi-même

On est notre plus grande critique, mais il est temps de devenir notre propre plus grand fan ! TOLÉRANT !!!! Se pardonner! Parce qu’on est géniaux ! On est parfait tel que nous sommes, ce n’est qu’une question de temps avant que nous nous en souvenions !

Il est temps de passer à l’action, de lâcher les idéaux dépassés d’antan. Se libérer de la sphère d’influence qui n’appartient plus à notre chemin pour réaliser ce que vous êtes venus accomplir ici, avec l’attitude bienveillante que vous avez effectivement créée pour vous-mêmes.

Un processus de longue haleine

Pour inculquer une nouvelle culture, parfois opposée à la notre, ne vient pas du jour au lendemain. Entreprendre des changements est toujours une expérience et un parcours qui demande un investissement personnel. 
Cela demande un travail, pendant plusieurs années, de manière extrêmement pointue jusqu’à en devenir des experts. Cette période, peut être particulièrement énergivore. Au risque, de nous entraîner dans une exploration du monde de manière verticale.

À l’opposé, ne serai ce pas plus sage d’être flexible? Ouvert et multitâche peuvent suffir à créer l’étincelle sans entrer à tout prix dans du sacrifice. Évoluer en multipliant les interactions du plaisir pour partager, connaître et développer ses connaissances suffiront à certains à créer leur bonheur.

You may also like

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite