Accueil » La Famille Tortue Car » Qui sommes nous » Comment donner le goût du bonheur et avoir le goût de la vie?

Comment donner le goût du bonheur et avoir le goût de la vie?

par Tonton & Jiji
0 commentaire

Au sein de l’urbanisme

On croise d’étrange personnage rigide dans d’immuable costume, au franc-parler et au débit vocal rapide et mécanique. Des personnes plein de tics et d’angoisses, mais également de redoutable observateur et calculateur prodige qui analysent tout avec leur vérité à eux. Ses urbains mènent une existence stressante avec des petits côtés maniaques. Des personnes qui ne s’adaptent pas à l’ environnement des autres,  mais qui s’installent  contre notre gré à devoir nous adapter.

Au risque de menace de sanction voir pire d’internement psychiatrique suite aux moindres démélés de contradictions nous incitant à devoir plier. Leur vie est focalisé par cette maniaquerie qui bouffe leur énergie dans leur travail et qui leur donne le sentiment d’être le meilleure dans leur domaine.

Surexposition aux tensions

Désoeuvrés, éloignés de leurs véritables désirs, ils sombreraient peu à peu dans une forme de dépression. Trop sollicités, tendus, ils  souffrent et s’interrogent sur le sens de leur travail. Des mails en quantité, l’incapacité à débrancher, une surexposition aux tensions et un salaire qui ne suffit plus, à leurs yeux, à compenser cet investissement massif. Le rythme de travail s’accélère, les objectifs professionnels apparaissent de plus en plus exigeants est comme un fusible, ils disjonctent.

Ainsi, certains affichant une image d’apparente réussite, seraient également en proie au mal-être, car ayant couru après l’argent plutôt qu’après le sens profond de leur existence.

Un boulot exaltant mais le prix à payer : énorme !

S’ initier au « goût de la vie »

Ce n’est pas chose simple… Donner libre cours à nos sens les laissant contempler, admirer et prendre un plaisir simple d’une déconnexion sociale et d’une reconnection à la vie. Nos sens permettent de percevoir les saveurs de ce qui nous entourent que nous préférons réprimer et mettre sous silence. Au coeur de la campagne, notre capacité d’émerveillement pourrait bien changer nos vies.

Nous ne sommes pas tous égaux face à la sensibilité.   Il faut penser ce que l’on voit. Nos sens nous guident, ils nous livrent des informations brutes qu’il est de notre responsabilité d’interpréter justement.  Ainsi, il est possible de corriger les illusions ur nous apporte parfois nos sens par le raisonnement et de remédier à la relativité des sensations par la culture.

Le vide existentiel

Le vide existentiel prend plusieurs aspects. La recherche d’un sens à la vie peut être remplacée par la recherche du pouvoir, par le désir de gagner toujours plus d’argent, par la recherche du plaisir.  Donner un sens à sa vie serait donc la clé pour vivre pleinement ? Et s’il fallait avoir une raison de vivre pour être vraiment heureux ?

La quête de sens redonne le goût de vivre

C’est en cherchant ce sens profond de leur vie que progressivement, ils retrouvent volonté et joie de vivre.

Il appartient donc à chacun de prendre le temps de découvrir ses idéaux profonds.

C’est en apportant, en toute honnêteté, des réponses à ces questions, puis, bien sûr, en se donnant les moyens de les mettre en pratique, que l’on atteint une certaine forme de paix intérieure. Il est d’ailleurs tout à fait normal de se poser des questions existentielles.

Maître de sa destinée

En dépit des obstacles, l’Homme reste essentiellement motivés par ses désirs ou par ses instincts. Mais peut être prisonnier d’un quelconque contexte social. Prendre en main sa vie et son destin dont nous sommes les uniques responsables est une décision.

Par conséquent, inutile de s’apitoyer sur son sort, il faut se donner les moyens d’avancer vers ses objectifs. Si nous ne pouvons rien changer au passé ni réparer certaines de nos erreurs, il est toujours possible de continuer à avancer car l’avenir nous appartient.

Ainsi, il est toujours possible de recommencer, de prendre les devants et de changer le cours de son existence. Si j’ai échoué à un examen, si je ne me plais pas dans ma carrière, plutôt que de blâmer la terre entière ou de perdre du temps à culpabiliser, mieux vaut s’y remettre tout de suite ou étudier l’ensemble des options qui s’offrent à soi.

Les clés du bonheur

Par ailleurs, une des clés du bonheur serait, toujours, de pouvoir accepter une situation à laquelle nous ne pouvons rien changer. Pour y arriver, il nous est toujours possible d’avoir recours à notre sens de l’humour. Autant rire, autant que possible, de ce qui est fait et sur lequel nous n’avons de toute manière aucune prise. Ainsi est la meilleure positive attitude.

You may also like

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite