Accueil » Conseils pratiques » Préparatifs & réflexions » L’engouement du voyage

L’engouement du voyage

par Tonton & Jiji
0 commentaire

Tout est charmant, enfin presque à mon sens! C’est cette façon de voyager où le temps nous appartient. On est libre! On est joyeux! On est soi même!  Les kilomètres nous bercent et nous font partir dans de la rêverie et cache la fatigue. La beauté du paysage nous éveille. On ne voyage pas, on erre. À chaque kilomètres qu’on fait, il nous vient une idée. Il semble qu’on sente nos sens s’ éveillés et explosés dans notre cerveau.

Le temps

On partage ses déjeuners sous l’arbre qui nous abrite des rayons du soleil chaud. On part, on s’arrête, on repart ; rien ne gêne, rien ne retient. On va et on contemple ce qui se trouve devant nous.

La nature

Bien des fois, assis à côté d’une source, l’eau nous transmet sa joie, sa vie et sa fraîcheur, accompagné des chants d’oiseaux virevoltant dans l’air et repartant dans le champ. Cet instant de contemplation nous repose, rend serein, heureux, doucement occupé de nombreux songes.

L’individu

Je regarde avec émerveillement et empathie aussi passer devant moi, comme un tourbillon l’individu étincelant et rapide qui contient je ne sais quels déplacements lents, lourds, ennuyés et assoupis ; cette vie de devoirs et d’actions qui emporte l’individu. Leur travail est surinvesti par rapport aux autres aspects de la vie. Peut-être attendons-nous trop de choses de notre travail, qu’il nous réalise, qu’il nous émancipe.Comme ces gens, sont emportés dans leur esprit et leur cœur lourds préoccupés. Se jetteront-ils en dehors de leur prison pour trouver l’harmonie du paysage? Ils ne perçoivent que le bruit agressif, le soleil en chaleur et la route en poussière. 

Apprécier

En considérant que tout est travail, et que le travail est la source de notre salut, on a abouti à priver l’être humain de tout autre lieu de réalisation. Il me paraît néanmoins que l’oisiveté, comme toutes choses, peut s’apprendre. Si ils savaient toutes les fleurs qui se trouvent dans les broussailles, toutes les perles que le paysage nous offre à ramasser par nos sens, toutes les facettes à découvrir parmi cette verdure, comment un panorama offre à l’imagination des ailes opulentes et joyeuses d’un homme en voyage ! 

L’aventure

Et puis tout vient à l’homme qui parcoure le monde. Il ne lui surgit pas seulement des idées, il vit des aventures. Et, pour ma part, j’aime les aventures qu’ils m’arrivent. S’il est amusant pour autrui d’inventer des aventures, il est amusant pour soi-même d’en avoir.

You may also like

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Acceptez Lire la suite